marier


marier

marier [ marje ] v. tr. <conjug. : 7>
• 1155; lat. maritare
I
1 Unir en célébrant le mariage. C'est le maire en personne qui les a mariés. La loi française interdit de marier deux personnes de même sexe.
2Établir (qqn) dans l'état de mariage. Fille à marier, en âge d'être mariée (aussi nubile) . Marier sa fille avec, à un médecin.
♢ ÊTRE MARIÉ : avoir contracté mariage. Ils sont mariés depuis vingt ans. Être bien, mal marié. Elle n'est pas mariée. Loc. fam. Nous ne sommes pas mariés (ensemble) : nous n'avons pas d'obligations réciproques.
3Région. (Nord, Belgique, Canada) Épouser. Il l'a mariée contre l'avis de ses parents.
II ♦ SE MARIER v. pron.
1(Récipr.) S'unir par le mariage (en parlant de deux personnes). convoler. Ils vivaient ensemble avant de se marier. Se marier religieusement, en grande pompe. Se marier à la mairie.
2(Réfl.) Contracter mariage (en parlant d'une personne). Il va se marier avec elle, il enterre sa vie de garçon. épouser. Il cherche à se marier. se caser.
IIIFig. Unir. allier, apparier, associer, assortir, combiner. Marier des couleurs qui s'harmonisent. Marier la vigne à l'ormeau. entrelacer, mêler. Marier deux styles. Pronom. « Les riches teintes brunes du bois [...] se mariaient à la pourpre triomphale » (Balzac). Le goût de la menthe se marie bien avec celui du chocolat. s'accorder. ⊗ CONTR. Divorcer. ⊗ HOM. Mariez :marriez (marrer).

marier verbe transitif (latin maritare) Unir officiellement deux personnes par les liens du mariage : Le maire les a mariés. Trouver un conjoint à quelqu'un : Ils ont deux filles à marier. Célébrer le mariage de quelqu'un, organiser ses noces : Ils marient leur fille demain. Régional ou vieux. Épouser quelqu'un : Il a marié la fille du voisin. Assortir, grouper des choses dans un ensemble harmonieux : Savoir marier les couleurs. Littéraire. Avoir conjointement deux qualités ou les associer dans quelque chose : Une personne qui marie la bonté et la rigueur.marier (citations) verbe transitif (latin maritare) Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 Je crois, si je me l'étais mis en tête, que je marierais le Grand Turc avec la République de Venise. L'Avare, II, 5, Frosine marier (difficultés) verbe transitif (latin maritare) Construction 1. Marier à, marier avec, marier... et... : elle a marié sa fille à Jacques Lavigne la semaine dernière ; marier la brique avec la pierre de taille ; le compositeur a marié les voix de femmes et le hautbois. Marier = épouser, est vieux ou régional. Quand la Clotilde a marié le Tiburce, la noce a duré trois jours. 2. Se marier à, se marier avec : le goÛt de la pintade se marie délicieusement à celui de l'ananas ; elle a fini par se marier avec Tanguy, son éternel soupirant.marier (expressions) verbe transitif (latin maritare) Marier des cordages, les prendre ensemble, libres ou amarrés, pour faire effort dessus. ● marier (homonymes) verbe transitif (latin maritare) marriez forme conjuguée du verbe se marrermarier (synonymes) verbe transitif (latin maritare) Assortir, grouper des choses dans un ensemble harmonieux
Synonymes :
- réunir

marier
v.
rI./r v. tr.
d1./d Unir (un homme et une femme) par les liens du mariage.
d2./d Donner en mariage. Il a marié sa fille à un ingénieur.
d3./d Provoquer le mariage de, être à l'origine du mariage de, organiser le mariage de. Ils ont marié leur fille en mai.
d4./d Participer aux cérémonies de mariage de. Ils marient un de leurs cousins la semaine prochaine.
d5./d (Afr. subsah., Belgique, France rég., Luxembourg, Maghreb, Québec, Suisse) Syn. (souvent Fam.) de épouser (sens 1). Elle a marié son ami d'enfance. Il a marié la fille du boucher.
d6./d Fig. Unir, allier, assortir. Marier les couleurs.
|| v. Pron. Couleurs qui se marient.
rII./r v. Pron. S'unir par les liens du mariage.
(Réciproque) Ils se sont mariés hier.
(Réfléchi) Elle se marie avec lui.

⇒MARIER, verbe trans.
I. A. —[Relativement à l'institution du mariage]
1. [Le suj. désigne l'autorité (prêtre, officier d'état civil) validant le mariage; l'objet désigne les deux époux ou l'un d'entre eux] Unir un homme et une femme par les liens du mariage; consacrer, légaliser leur union. Personne ne connaît mon secret que le respectable abbé Pirard. J'irai chez lui; il nous mariera (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 441). Le sabotier avait poli son instruction religieuse et il se sentait capable de marier n'importe quel couple (...) sans se tromper dans les oraisons (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 153):
1. ... il fut pris d'un malaise subit et obligé de sortir sur-le-champ. Pendant les dix minutes que dura son absence, la future fit des réflexions et s'en alla. En revenant, Guignon trouva le maire prêt à le marier, mais la femme avait disparu.
PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 126.
Absol. [Le] Maire qui marie, et [le] prêtre qui unit au nom de Dieu (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Béc., 1885, p. 210).
À la forme passive. À dix [heures] , les époux monteraient en voiture pour se rendre au village voisin et y être mariés par l'officier de l'état civil; à midi aurait lieu la messe nuptiale (PONSON DU TERR., , Rocambole, t. 1, 1859p. 714).
À la forme factitive passive:
2. Elle était pénétrée pour moi d'une passion si sincère! Ne m'a-t-elle pas offert plus de dix fois de s'enfuir avec moi, si pauvre, et d'aller nous faire marier par un moine du Monte Cavi?
STENDHAL, Abbesse Castro, 1839, p. 190.
[Le suj. reste imprécis] Henri: (...) On nous a mariés sans que nous nous connaissions, sans que nous nous aimions (DUMAS père, Reine Margot, t. 2, 1845, I, 4, p. 32). On allait les marier à l'église et à la mairie. Ils n'avaient rien ni l'un ni l'autre (...) rien ne s'opposait à ce que la loi et la religion fussent satisfaites (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Béc., 1885p. 209).
2. a) [Le suj. désigne la pers. ou la collectivité suscitant le mariage; l'obj. désigne l'un des époux] Donner un époux/une épouse à quelqu'un. Marier qqn selon son coeur, selon les convenances, de force, malgré lui; marier sa fille sans dot. On me maria, malgré mon aversion pour le mariage (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 363). V. déserter A 2 ex. de SARTRE, Mots, 1964, p. 80:
3. ... son idée fixe, était de marier ce fils adoré, de le bien marier, de le marier d'une façon assez riche et assez brillante pour que ce mariage la vengeât et la payât (...) de toutes ses privations de femme et d'épouse.
GONCOURT, R. Mauperin, 1864, p. 61.
[Avec compl. second.] Marier qqn à/avec qqn. Donner à quelqu'un un homme/une femme pour époux/époux une épouse à quelqu'un. Marier qqn selon son coeur, selon les convenances, de force, malgré lui; marier sa fille sans dot. On me maria, malgré mon aversion pour le mariage (CHATEAUBR., Mém., t.1, 1848, p.363). V. déserter A 2 ex. de SARTRE, Mots, 1964, p.80:
P. plaisant. Marier qqn contre qqn. À quinze ans, ses parents la marièrent contre un colonel de vingt ans (VERLAINE, Œuvres posth., t. 1, Hist. comme ça, 1896, p. 370).
♦[P. méton. du compl.] Quand je pense que vous étiez prête à marier ce garçon avec un sac d'écus! (AYMÉ, Cléramb., 1950, III, 8, p. 174).
À la forme factitive. En 1650, son frère le fait marier, il lui donne à épouser Marguerite de Lampérière (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 344).
Loc. verb. à sens passif. Se laisser marier par/à/avec qqn. Son mari, vraiment elle ne l'avait pas choisi du tout. Elle ne savait pas: elle s'était laissé marier par son père (A. FRANCE, Lys rouge, 1894, p. 25). Elle s'était laissée marier docilement à un vieillard (MAURIAC, Noeud vip., 1932, p. 122):
4. Elle n'avait pas de dot, pas d'espérances, aucun moyen d'être connue, comprise, aimée, épousée par un homme riche et distingué; et elle se laissa marier avec un petit commis du ministère de l'Instruction publique.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Parure, 1884, p. 453.
Loc. À marier. Être bon(ne), difficile à marier. Elle n'est pas riche. Elle appartient à une famille moyenne. C'est une jeune fille comme on en trouve à la grosse, bonnes à marier, sans qualités et sans défauts apparents, dans la bourgeoisie ordinaire (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Lui? 1883, 1884, p. 852).
Avec valeur d'adj. Célibataire, libre. Demoiselle, jeune homme, veuf à marier. Il y a ici quatre jeunes personnes à marier, toutes assez riches, trois fort jolies (CONSTANT, Journaux, 1803, p. 30). Il s'aperçut qu'elle était jolie, et, comme il était à marier, il la prit pour femme (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 32). Les garçons (...) fréquentent de préférence les veilles où se rendent les filles à marier (MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., t. 2, 1954, p. 19).
b) P. anal.
LITT. Depuis deux jours, le vent des fleurs soufflait, la tiède brise qui fait éclore les fleurs et les marie (ARÈNE, J. des Figues, 1870, p. 51):
5. ... les amours des plantes ne sont pas également tranquilles; il en est d'orageuses, comme celles des hommes: il faut des tempêtes pour marier sur des hauteurs inaccessibles le cèdre du Liban au cèdre du Sinaï...
CHATEAUBR., Génie, t. 1, 1803, p. 208.
HIST. V. époux I B spéc.:
6. Lorsqu'autrefois ces galériens ramaient à bord du Bucentaure, on jetait sur leurs épaules flétries une tunique de pourpre pour les faire ressembler à des rois (...). Les forçats vénitiens mariaient le doge à la mer, et renouvelaient eux-mêmes avec l'esclavage leur union indissoluble.
CHATEAUBR., Mém., t. 4, 1848, p. 350.
3. [Le suj. désigne l'un des/les époux]
a) Pop. ou région. [Le suj. désigne l'un des époux; l'objet l'autre] Prendre quelqu'un pour époux/épouse. Synon. épouser. Dans le temps, ton beau-père était renommé pour connaître beaucoup de choses sur l'eau. Les puisatiers venaient un peu le toucher, avant de commencer à creuser (...). C'était avant que tu maries la Marguerite (GIONO, Colline, 1929, p. 81). Grand salaud! voleur de filles! moi je saurai bien t'obliger à reconnaître la vérité et aussi à marier une fille de dix-sept ans que tu as foutue enceinte (AYMÉ, Nain, 1934, p. 35):
7. — J'la veux, mais, tu sais, j'la marierai bien, moi. Elle s'appelle Eudoxie Dumail. Avant j'pensais pas à l'épouser. Mais depuis que j'connais son nom de famille, i' m'semble que c'est changé, et j'marcherais bien.
BARBUSSE, Feu, 1916, p. 88.
Absol., région. Je les ai opposés en rien [mes enfants]. Ils ont marié comme ils ont voulu (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Boitelle, 1889, p. 271).
[Avec se explétif] Pop. Elle dit comme ça que c'est un morceau du pain cet homme là; que la femme qui se le mariera elle s'attrapera un bon niméro [numéro] (MUSETTE, Cagayous chauffeur, 1909, p. 164).
b) Emploi pronom. réciproque. [Le suj. désigne les deux époux] S'unir l'un à l'autre par les liens du mariage. [Les époux] peuvent (...) déclarer d'une manière générale qu'ils entendent se marier ou sous le régime de la communauté, ou sous le régime dotal (Code civil, 1804, art. 1391, p. 253). Tous ces Italiens de qualité ont l'habitude de se marier entre eux, n'est-ce pas? demanda négligemment Danglars; ils aiment à associer leurs fortunes (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 101). Vous ne pouvez continuer à vivre ensemble, vous offensez Dieu et les hommes... Il faut vous marier (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 359).
P. plaisant. Avoir des privautés. À partir de maintenant on est fiancé. En attendant les sacrements on se mariera un petit peu, de temps en temps (AYMÉ, Clérambard, 1950, III, 7, p.170).
c) Emploi pronom. réfl. [Le suj. désigne l'un des époux] Contracter mariage. Phoebus de Châteaupers (...) fit une fin tragique, il se maria (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 566). Dans le milieu de Zaza, il fallait se marier ou entrer en religion (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 153). V. aimer ex. 17; aimé ex. 1; fatiguer I B 1 c ex. de LEMAITRE, Contemp., 1885, p.314:
8. — «Mieux vaut se marier que de brûler», cita Joseph. David inclina la tête (...). Il y eut un silence, puis Joseph murmura: — Est-ce pour cela que tu te maries? — Je me marie parce que je suis... amoureux, fit David un peu gêné.
GREEN, Moïra, 1950, p. 187.
SYNT. Se marier devant Dieu, devant les hommes; se marier religieusement, civilement, légalement; se marier au pays, au village, en province, à l'étranger; se marier jeune, vieux, tard, vite; se marier de bonne heure; se marier avantageusement, convenablement, honorablement, richement; se marier à son gré, à regret, avec/sans le consentement de ses parents/de son père; se marier dans son monde; se marier par ambition, par amour, par convenance, par entraînement, par inclination, par intérêt, pour de l'argent, pour sa carrière, selon sa condition, selon les vues de son père; se marier une première, une seconde, plusieurs fois; penser, chercher, trouver, consentir, renoncer à se marier; avoir l'âge/être en âge, être pressé, être sur le point de se marier; refuser de se marier; jurer de ne jamais se marier.
[Avec compl. second.] Se marier à/avec qqn. Prendre quelqu'un pour époux/pour épouse. Elle se maria à un homme de son rang, sur le sol de l'émigration (GOZLAN, Notaire, 1836, p. 63). V. assouvissance ex. 1.
P. plaisant. Se marier contre qqn. Élisa la Rousse, ma passion, se marie à l'encontre de qui? Je l'ignore (BALZAC, Corresp., 1821, p. 110).
4. [L'objet désigne des entités concrètes ou abstr.] Réunir par le mariage ce que possède en propre chacun des époux. Unir ces deux enfants, n'est-ce pas vouloir que deux vaisseaux en perdition essayent de se sauver l'un l'autre? Isolés, ils ont encore, chacun de son côté, chance de s'en tirer; ils sombrent à coup sûr, en mariant leurs fortunes (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 270). Anne-Marie (...) l'entreprit sur le mariage de Zélie Messance et de M. de La Vernadelle. On mariait les propriétés qui iraient depuis la Dore jusqu'au mont de Grandrif (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 153):
9. Pécopin était fils du burgrave de Sonneck, et Bauldour était fille du sire de Falkenburg. L'un avait la forêt, l'autre avait la montagne. Or quoi de plus simple que de marier la montagne à la forêt? Les deux pères s'entendirent, et l'on fiança Bauldour à Pécopin.
HUGO, Rhin, 1842, p. 186.
B. —[Avec une indication de date, relativement à la cérémonie du mariage] Célébrer le mariage de quelqu'un, son mariage. Haviland, (...) marie son fils lundi (GONCOURT, Journal, 1895, p. 884). Le 10, j'irai en Touraine marier un ami (MARTIN DU G., Thib., Belle sais., 1923, p. 909). Nous avons décidé de nous marier à la fin de janvier. Cela me semble terriblement loin (GIDE, École femmes, 1929, p. 1267).
II. Au fig.
A. —Accorder, associer, mêler intimement, harmonieusement (des entités concrètes ou abstraites).
1. [L'obj. désigne des entités de même nature] Un [jeune homme], petit et charmant (...) cherchait à marier des couleurs de soie, pour un étalage intérieur (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.432). Je traversais des futaies où la lumière du matin (...) émondait les arbres, mariait ensemble les tiges diverses et composait des bouquets (PROUST, Swann, 1913, p. 424):
10. Comme nous nous plaisions à nous associer, à nous superposer, à nous fondre, à marier à chaque occasion et il y en avait beaucoup, nos espoirs, nos serments silencieux, nos fidélités!
ARNOUX, Roy. ombres, 1954, p. 138.
SYNT. Marier des courbes, des formes, des nuances, des parfums, des styles; marier des accords, des sons, des timbres, des tons, des voix; marier des idées, des mots, des rimes; marier des destins, des esprits, des forces.
Emploi pronom. réciproque. Des chants qui se marient, qui se confondent, qui assoupissent les songes orageux du coeur (NODIER, Smarra, 1821, p. 55). Seules, les volontés peuvent se marier ainsi, de manière à ne former, dans une coopération étroite, qu'une même chose, ut unum sint (BLONDEL, Action, 1893, p. 413):
11. ... nos chevelures, la mienne plus rude et plus courte, se mariaient; nous nous taisions; le moindre cri faux, le moindre geste malencontreux eussent rompu l'enchantement instable.
ARNOUX, Roy. ombres, 1954p. 94.
2. [L'obj.. désigne des entités complémentaires ou opposées] Marier qqc. et/à/avec qqc. Moi dont on avait déclaré les devoirs illisibles, ineptes, absurdes (...) je commençais, sans les faire trop crier, à marier le nom avec l'adjectif, le verbe avec son régime (FABRE, J. Savignac, 1863, p. 17). Marier l'eau et le feu, le sel et le soufre. C'est ainsi qu'on fait sauter joyeusement les cornues (GRACQ, Beau tén., 1945, p. 90). C'est une vaste entreprise que de marier dans les bassines de cuivre le sucre solide et pur à la molle pulpe des fruits (BEAUVOIR, Deux. sexe, t. 2, 1949, p.241). V. éclectisme ex. 2:
12. De tous les musiciens peut-être, celui qui a montré le plus d'esprit dans le talent de marier la musique avec les paroles c'est Mozart.
STAËL, Allemagne, t. 3, 1810, p. 378.
SYNT. Marier le bois et la pierre, la foi et la raison, l'inspiration et l'ironie; marier le vert au rouge; marier la grâce à la vigueur, l'intelligence à l'amour; marier la misère avec la paresse.
Emploi pronom. réciproque. Un certain bon sens et l'enthousiasme ne se marient pas plus que le soleil et la glace, la liberté et un conquérant, Hume et le Tasse (STENDHAL, Hist. peint. Ital., t. 1, 1817, p. 267). Certaines sensations où se marient le plaisir et l'horreur (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 222).
Emploi pronom. réfl.
Qqc. se marie à qqc. L'architecture légère des Arabes s'étoit mariée à l'architecture gothique (CHATEAUBR., Avent. dern. Abenc., 1826, p. 250). Une grille de bois pourri, à moitié tombée de vétusté, mais à laquelle se mariaient à leur gré des plantes grimpantes (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 80):
13. ... il ne s'agit pas de plaquer une déclamation quelconque sur une musique quelconque (...); il s'agit de créer un genre nouveau, où des voix musicales se marient à des instruments apparentés à ces voix, et mêlent discrètement à leurs stances harmonieuses l'écho des rêveries et des plaintes de la musique.
ROLLAND, J.-Chr., Amies, 1910, p. 1177.
Qqc. se marie avec qqc. C'est une fort belle personne. Elle est grande, bien faite, ses cheveux blonds se marient bien avec l'éclat de son teint (DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 106).
B. Spécialement
1. AGRICULTURE
a) Marier les ruches. ,,Faire passer les abeilles d'une ruche à l'autre`` (FÉN. 1970).
b) Marier la vigne. ,,Cultiver la vigne en hautains`` (FÉN. 1970).
Littér. [P. allus. aux supports utilisés pour marier la vigne]:
14. Il faudrait marier l'industrie à l'agriculture comme on marie la vigne à l'ormeau. Toute usine serait campagnarde; tout ouvrier d'usine serait propriétaire d'un bien au soleil et cultiverait lui-même. Cette nouvelle Salente compenserait l'esprit remuant par l'esprit rassis.
ALAIN, Propos, 1922, p. 430.
2. IMPR. [Correspond à mariage C 1] ,,Imposer différents modèles dans un même chassis`` (CARABELLI, [Lang. typogr.], s. d., p. 433).
3. MAR. Marier des cordages, des chaînes. Les lier ensemble par un lien (d'apr. LE CLÈRE 1960).
REM. 1. -marier, élém. de compos. V. démarier, remarier. 2. Mariant, -ante, adj., rare. Enclin, disposé au mariage (cf. ROUGÉ, Folkl. Touraine, 1943, p. 205). Le docteur ajouta (...) que Madame de Chasteller était un fort bon parti, et il se mit à détailler tous ses biens. — Mon cher docteur, si j'étais d'humeur mariante, mon père a mieux que cela pour moi (STENDHAL, L. Leuwen, t. 1, 1836, p. 180). 3. Marida, verbe pronom., part. passé et subst. masc., arg. a) Emploi pronom. Se marier. Le fils de Léon le bougne s'est marida [à la mairie et l'église] hier (Pt Simonin ill., 1957, p. 591). b) Part. passé adj. Marié. Il avait été marida sept fois (STOLLÉ, Contes, Barbe-Bleue, 1947, p. 1). Ces bics!... Y se croyaient tout permis. Emballaient les gonzesses sans même chercher à savoir si elles étaient maridas? (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 43). c) Subst. masc. Mariage. Charles, lui, il me parle marida (QUENEAU, Zazie, 1959, p. 180).
Prononc. et Orth.: [], (il) marie []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1145 trans. «donner quelqu'un en mariage» (WACE, Conception N. D., éd. W.R. Ashford, 691); b) 1176 id. «prendre pour femme» (CHRÉTIEN DE TROYES, Cligès, éd. A. Micha, 3097), actuellement arch. ou provincialisme; c) apr. 1170 pronom. réfl. «contracter mariage» (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, III, 10290); ca 1220 pronom. réciproque «s'unir par le mariage» (GAUTIER DE COINCI, Mir. Vierge, éd. V. F. Koenig, II Chast. 10, 1100); 2. a) 1558 trans. «unir étroitement, intimement» (DU BELLAY, Discours au Roy sur la trefre de l'an M.D.LV, éd. H. Chamard, 162); b)1672, 4 mai id. «allier deux choses ensemble, former un tout harmonieux» (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres, éd. M. Monmerqué, t. 3, p. 53); 1789 [date de publ.] pronom. «s'unir, se fondre en un ensemble harmonieux» (J.-J. ROUSSEAU, Confessions, éd. B. Gagnebin et M. Raymond, IX, p. 439); c) spéc. 1690 vitic. marier des vignes avec des ormeaux (FUR.); 1770 marier la vigne (DELILLE, Georg., I ds LITTRÉ); 1752 marier des ruches (Trév.). Du lat. d'époque impériale maritare «donner en mariage; marier, unir des arbres à la vigne» lui-même dér. de maritus, v. mari. Fréq. abs. littér.: 3651. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 4848, b) 7715; XXe s.: a) 5343, b) 4041.
DÉR. Mariable, adj. Qui est en âge, en état de se marier ou de l'être. Elle (...) était encore mariable, car elle n'avait pas dépassé de grand'chose la trentaine (SAND, Maîtres sonneurs, 1853, p. 6). L'ancienne pécheresse (...) blanchie de la tête aux pieds (...) est aussi mariable que n'importe quelle autre fille (GOBINEAU, Nouv. asiat., 1876, p. 140). On me dit: «Mariez-vous», mais je ne suis pas mariable, si je n'aime pas infiniment (MONTHERL., Lépreuses, 1939, p. 1390). []. Att. ds Ac. dep. 1694. 1re attest. ca 1200 une meschine ja mariable (Dialogue Grégoire, 153, 19 ds T.-L.); de marier, suff. -able. Fréq. abs. littér.: 13.

marier [maʀje] v. tr. [CONJUG. prier.]
ÉTYM. XIIe; du lat. maritare.
———
I
1 Unir (un homme et une femme) en célébrant le mariage. Mariage; amadouer (vx), unir. || C'est le maire en personne, c'est le premier adjoint qui les a mariés. || Le curé, le pasteur qui les a mariés.Absolt. Célébrer la cérémonie du mariage. || On ne marie pas le dimanche.
2 Établir (qqn) dans l'état de mariage. || Marier son fils (→ Coureur, cit. 7), sa fille (→ Infortune, cit. 5). Conduire (à l'autel).Fille bonne à marier, fille à marier, en âge d'être mariée. || On les a mariés contre leur gré.Marier sa fille avec (→ Faim, cit. 11), à un jeune homme riche, pauvre…Par ext. || Ils ont été mariés par une amie de leurs familles.REM. Cet emploi actif tend à vieillir, du fait de l'évolution des mœurs. — (Au passif). || Être marié avec… (→ Assemblage, cit. 6), à… (→ Hétéroclite, cit. 4).Absolt. || Depuis trente ans qu'ils étaient mariés (→ Chamailler, cit. 1).Au p. p. || Une fois mariée, elle est devenue bégueule (cit. 2). || Marié à vingt ans.Ils sont mariés sous le régime de la communauté. Matrimonial (régime).
1 (…) vous voudriez marier votre fille avec un médecin ?
Molière, le Malade imaginaire, I, 5.
2 Le premier moyen qui s'offre pour résoudre cette difficulté est de le marier bien vite (…)
Rousseau, Émile, IV.
Spécialt. (En parlant de la cérémonie du mariage). || Quel jour marient-ils leur fille ?
Loc. fig. (au passif). Être marié ensemble : être du même bord. || Tout ce beau monde est depuis longtemps marié ensemble, fricote, tripote ensemble.(À la forme négative).Ne pas être marié (ensemble) : ne rien se devoir. || Après tout, on n'est pas mariés !
3 Régional (Nord, Belgique, Canada) ou pop. (faute de syntaxe). Épouser; se marier avec. || Elle a marié le fils Dubois. Le verbe normal est épouser (ou se marier avec).
2.1 Celui qui la marierait en prenant le petit — à condition d'avoir fait pour, naturellement — ça ne serait pas une mauvaise affaire pour lui, j'ai idée.
G. Chevallier, Clochemerle, p. 163.
2.2 Elle veut me courir après et me marier.
R. Queneau, le Dimanche de la vie, p. 46.
2.3 (…) quand Baptiste se prononçait le nom (intérieurement […]) il ne pouvait s'empêcher d'y glisser une pointe d'accent méridional. Hé ! il l'aurait volontiers mariée, sa Jeanne ! Seulement, il était promis à Catherine (…)
Roger Ikor, les Fils d'Avrom, Les eaux mêlées, p. 518.
———
II V. pron. || Se marier.
1 (Récipr.). S'unir par le mariage, en parlant de deux époux. || Il se sont mariés civilement. || « On ne se doit point marier pour se faire enrager l'un l'autre » (→ Complaisance, cit. 1, Molière). || Se marier à l'église, religieusement.
3 (…) nous avons fait mauvais ménage, comme les gens qui se marient vieux.
Flaubert, Correspondance, 210, fin 1847.
4 (…) tu serais consentante, un peu plus tard, quand nous serons d'âge, à nous marier tous deux ?
Loti, Ramuntcho, I, V.
Loc. fam. Se marier au 13e (vx), au 21e (mod.), arrondissement (à Paris) : vivre en concubinage.
2 (Réfl.). Contracter mariage, en parlant d'une personne. || Se marier avec un ami d'enfance, avec une inconnue (→ Blanc, cit. 33). Épouser (cit. 6).
5 Cependant, très amoureux de Suzanne, jeune camériste de la comtesse Almaviva, il va se marier avec elle (…)
Beaumarchais, le Mariage de Figaro, Notice.
Absolt. Contracter mariage. || Il s'est marié. Femme (prendre). || Elle s'est mariée (cf. vx. Dénouer sa ceinture). || Se marier par amourette (cit. 1). || Il est délicat (cit. 9) de se marier, de prononcer le grand oui. || Il pensait à faire une fin (cit. 13), à se marier. || Elle, il aura bien du mal à se marier (→ fam. Trouver couvercle à sa marmite, chaussure à son pied).(En parlant de la cérémonie). || Se marier en grande pompe.
6 Laid comme je suis et pauvre, je dus renoncer à me marier.
Balzac, Mme de La Chanterie, Pl., t. VII, p. 287.
7 (…) la Warmestré, qui, après maintes aventures, finit par trouver chaussure à son pied, se maria benoîtement et même eut beaucoup d'enfants.
G. Duhamel, Refuges de la lecture, p. 171.
——————
marié, ée p. p. adj. (cit. 8 à 12). Voir à l'ordre alphabétique.
———
III
1 (1672). Unir, associer (des éléments qui peuvent se convenir). Allier, apparier, associer, assortir, combiner. || Marier des couleurs qui s'harmonisent. || Marier des fleurs. || Marier les vivacités de la conversation aux formes pures du style écrit (cit. 51). Joindre. || Marier la vigne à l'ormeau. Entrelacer.
13 Partout les haies, les enclos sont égayés par des vignes mariées, comme en Italie, à de petits ormes dont le feuillage se donne aux bestiaux.
Balzac, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 318.
14 (…) je ne désespère pas d'une nation qui marie, dans sa riche et curieuse texture, des Bretons et des Savoyards, des Champenois et des Basques.
G. Duhamel, Inventaire de l'abîme, XIV.
15 (…) l'esprit français marié à l'humour belge, et une parfaite entente familiale (…)
Colette, Belles saisons, p. 216.
Loc. prov. Marier la faim et la soif : unir par le mariage deux personnes qui sont dans la gêne.
16 (…) une belle jeune fille riche, il ne l'obtiendrait pas dans un pays où tout est calcul; une belle fille pauvre il lui est interdit de l'aimer; ce serait, comme disent les provinciaux, marier la faim et la soif (…)
Balzac, la Vieille Fille, Pl., t. IV, p. 238.
2 Pron. (Choses). Se combiner de façon harmonieuse. Mêler (se). || Les odeurs de cuisine venaient se marier dans le puits de l'escalier (cit. 6). || Se marier à, avec qqch.
17 Le bruit des choses réveillées
Se marie aux brouillards légers (…)
Verlaine, Jadis et Naguère, « L'Angélus du matin ».
Spécialt. S'entrelacer; s'accompagner, s'accorder, s'unir harmonieusement.
18 Là, sous les orangers, sous la vigne fleurie,
Dont le pampre flexible au myrte se marie,
Et tresse sur ta tête une voûte de fleurs (…)
Lamartine, Nouvelles méditations, XII.
19 Les riches teintes brunes du bois (…) se mariaient sans discordance à la pourpre triomphale jetée sur le chevet.
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 611.
20 Des dessins d'ornementation d'un goût riche et compliqué, d'une exécution parfaite, où se mariaient le vert, le rouge, le bleu, le jaune, le blanc, couvraient les espaces laissés vides.
Th. Gautier, le Roman de la momie, IV.
21 Sur le tapis cloué, un peu plus clair que les murs, il y avait une carpette où se mariaient, modernes, et le bleu et l'amarante.
Aragon, les Beaux Quartiers, II, XXIII.
CONTR. Divorcer.
DÉR. Mariable, mariage, marida, marié, marieur.
COMP. Démarier, remarier.
HOM. V. mari, marié, marri.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • marier — Marier. v. act. Joindre un homme & une femme par le lien conjugal. Il faut vous marier. quand est ce qu on la mariera? on les a mariez ensemble. on l a marié en bon lieu. on l a bien mariée, mal mariée. ils ont esté mariez en face d Eglise. On… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • marier — Marier, Maritare, In nuptias coniicere, Filiam in matrimonium collocare, Dare nuptum. Marier richement une fille sans luy rien bailler, Dare in diuitias filiam sine dote. Se marier, Connubere, Coniungere sibi foeminam matrimonio, Vxorem sibi… …   Thresor de la langue françoyse

  • marier — (ma ri é), je mariais, nous mariions, vous mariiez ; que je marie, que nous mariions, que vous mariiez, v. a. 1°   Unir un homme et une femme par le mariage. Le maire, le curé les a mariés. •   Il dit, faisons le contrat ; on y consentit, et puis …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MARIER — v. a. Unir un homme et une femme par le lien conjugal, selon les lois de l État, ou leur administrer le sacrement de mariage. Dans cette acception, il ne se dit que De l officier de l état civil ou du prêtre qui remplit l une ou l autre de ces… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MARIER — v. tr. Unir un homme et une femme par le lien conjugal, selon les lois de l’état, ou leur administrer le sacrement de mariage, en parlant de l’Officier de l’état civil ou du prêtre qui remplissent l’une ou l’autre de ces fonctions. L’adjoint les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • marier — vt. (qq.) ; épouser (qq) : MARYÂ (Aillon V., Aix.017, Albanais.001, Annecy.003, Arvillard.228, Attignat Oncin, Balme Si.020, Chambéry, Cordon, Giettaz.215, Marthod, Montagny Bozel.026, Morzine, St Nicolas Cha.125, Samoëns.010, Saxel.002,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Marier — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Marier », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) André Marier (1932 ) est un économiste canadien …   Wikipédia en Français

  • marier — v.t. Parfois employé pour le verbe pronominal : Si tu m aimes, marie moi …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Marier des cordages — ● Marier des cordages les prendre ensemble, libres ou amarrés, pour faire effort dessus …   Encyclopédie Universelle

  • Theodore Marier — (1913 2001) was a world renowned scholar, composer and teacher of Gregorian Chant. He died in Boston at age 88, ending a half century of distinguished service to the Catholic Church, and leaving a valuable legacy in his many students and in his… …   Wikipedia